On s'en FISH
Gardez contact avec nous

Interview

Interview Carpe – Mr Crowy alias Simon CROW – AVID Carp

Pour les plus vieux de la vieille, on a tous entendu parlé de la paire Simon Crow / Rob Hugues lors des championnats du monde de pêche de la carpe de 2000 pendant lesquels ils avaient mis la grosse déroute à toutes les autres équipes… Simon crown ce n’est pas un simple pêcheur anglais, c’est un des meilleurs et des plus perspicace techniquement. Passé chez Rod Hutchinson, Nash et maintenant chez AVID, on vous passera la liste de tous les poissons connus ou des 30+ qu’il aura mis au tapis. Simon Crow c’est un mec bien, très bon pêcheur et marathonien… A découvrir ou re-découvrir dans ces quelques lignes !

Rob Hugues et Simon Crow, le style en plus…

On s’en Fish: Salut Simon, peux-tu rapidement te présenter à nos lecteurs qui ne te connaissent pas encore? Peux-tu nous résumer ton parcours halieutique?

Simon: My name’s Simon Crow. I was born in the Midlands, England, but now live up north in Yorkshire. I’ve been angling almost all my life, since my Dad introduced me to it when I was tiny. My grandfather taught me the basics, sitting me on an old creel and watching me catch gudgeon from the local canal. In 1980 I caught my first carp, aged just ten. In those days I used to fish with a float rod and cast another rod out for the bigger fish. I’ll never forget the excitement of hooking that carp. I was so excited everything went wrong! My reel fell off and into the water, but somehow it was meant to happen, and a short while later I had an 8lb mirror in my net. That was the moment I became a carp angler, and I’ve been hooked ever since. 

Mon nom est Simon Crow. je suis né dans les Midlands, en Angleterre, mais je vis actuellement au nord, dans le Yorkshire. Je pêche depuis toujours ou presque, depuis que mon père m’a initié lorsque j’étais jeune.
Mon grand-père m’a enseigné les bases, en m’asseyant sur un vieux panier-siège et me regardant attraper des goujons dans le canal du coin. En 1980, à l’âge de 10 ans, j’ai attrapé ma première carpe. A cette époque, j’avais l’habitude de pêcher avec une canne au flotteur et j’en lançais une seconde, pour les plus gros poissons. Je n’oublierai jamais l’excitation ressentie lorsque j’ai piqué cette carpe. J’étais tellement excité que tout s’est mal passé! Mon moulinet est tombé à l’eau, d’une manière ou d’une autre ça devait arriver, et quelques instants plus tard j’avais une miroir de 8 lbs dans mon épuisette. C’est à ce moment là que je suis devenu un pécheur de carpes, et je suis devenu accro depuis.

On S’en Fish: Nous croyons savoir que tu adores voyager, notamment pour la pêche mais pas seulement. Est-ce important pour toi de découvrir régulièrement de nouvelles destinations? Qu’est-ce que ça t’apportes d’un point de vue personnel?

Simon: I do travel a lot, but I also fish a lot in the UK, especially up north where big carp are rare. Most of the big UK carp are down south and I dislike driving in England as the roads are always busy. It can take five hours or more of driving to fish a lake in England with big carp so I prefer to load up with extra food and do a few extra hours which takes me into France or elsewhere, where I can fish much quieter lakes with bigger fish. Carp fishing in England isn’t as exciting as it is overseas because our lakes are very busy with anglers. The older I get, the more I prefer to fish quiet waters where I can chill out and relax in a great environment. Another reason I also like carp fishing overseas is because there are so many places to visit with carp. In England I’ve fished most of the waters I want to target so overseas angling offers lots of adventure and possibilities of fishing for unnamed carp.

Je voyage beaucoup, mais je pèche également beaucoup en Angleterre, particulièrement dans le nord du pays, là où les grosses carpes sont rares. La plupart des gros spécimens du pays sont au sud et je n’aime pas conduire en Angleterre car les routes sont toujours très fréquentées. Je peux en avoir pour plus de 5 heures de route avant d’arriver sur un lac anglais avec de grosses carpes, donc je préfère charger avec plus de nourriture et conduire quelques heures supplémentaire pour aller en France ou ailleurs, où je peux pratiquer des lieux plus calmes avec plus de gros poissons. La pêche de la carpe en Angleterre n’est pas aussi passionnante qu’à l’étranger car nos lacs sont très fréquentés par les pêcheurs.
Plus je vieillis et plus je préfère pécher des lieux calmes où je peux me détendre dans un bon environnement. Une autre raison pour laquelle j’aime aussi pêcher à l’étranger,  c’est qu’il existe énormément d’endroits à visiter pour pêcher la carpe. En Angleterre, j’ai déjà péché la plupart des eaux que je ciblais. Pêcher dans d’autres pays m’offre donc beaucoup d’aventures et de possibilités pour attraper un poisson inconnu.

On S’en Fish: Parmi toutes tes destinations, laquelle reste ta favorite?

Simon: There are too many places to choose one. I’ve been fortunate to have carp fished all around the world. Perhaps my most favourite trip was to a venue in South Africa called Klasserie Dam where I shared some great memories with friends and also caught some great carp in very wild surroundings. The venue is right on the outskirts of the Kruger National Park so we were fishing alongside all sorts of wildlife, including a leopard which came right into our swim. I also have great memories of carping in France at venues like The Orient, Cassien, Rainbow Lake, some of the rivers in the Brittany region, as well as going across to the USA where I’ve fished lots of lovely wild waters with untapped carp.

Il y a trop d’endroits pour en choisir un seul. J’ai eu la chance d’attraper des carpes tout autour du globe. Mon voyage préféré est peut-être l’Afrique du Sud, dans un lieu nommé Klasserie Dam, où j’ai partagé de superbes moments avec des amis et capturé de très belles carpes dans un cadre sauvage. Le site se trouve juste à la périphérie du Kruger National Park, nous avons donc péché aux côtés de nombreux animaux sauvages dont un léopard qui est venu directement dans notre piscine. Je garde également de bons souvenirs de sessions en France sur Orient, Saint Cassien, Rainbow Lake, certaines rivières de Bretagne, ainsi qu’aux Etats-Unis où j’ai pratiqué de nombreuses eaux sauvages, avec des carpes vierges de piqûres.

On S’en Fish: Tu as été membre de la Dream team de Rod Hutchinson, puis membre du team Nash pendant de nombreuse années et depuis peu tu as rejoins le team AvidCarp. Quel regard portes-tu sur toutes ces années et tes différentes expériences? Qu’est ce qui t’as poussé à tenter l’aventure avec Avid??

Simon: I actually worked for Nash first, from right at the beginning of the 1990s. Kevin remains a good friend of mine today, and together with my mate Rob Hughes we were two of the first angling consultants Kevin took on. We worked for him as unpaid consultants until 1996, which is when we won a well-known carp enduro in France called the World Carp Cup, the first event of its type which was staged at Fishabil. After the match, we were approached by Rod Hutchinson to start paid work for him, and he offered us a deal we couldn’t refuse. Kevin totally understood as back in those days his company wasn’t as big as Rod’s. We were two young lads with lots of drive and ambition, and it was at this time when both left university and were looking to start careers. I’d been working for Carp-Talk ( a weekly news magazine) from the first issue in 1994 and ran my consultancy alongside that position, which when combined gave me a great source of income. I could fish a couple of days a week and work on the mag for the rest. There is no better way to earn a living than from doing something you love, and carp fishing from that moment became my full-time job. Unfortunately, Rod’s company fell on hard times six years later. I then returned to Nash for many years, until June 2018 when Carp-Talk printed its final issue. I loved every minute of working for Carp-Talk and it was sad to see it go, but we’re now in a digital age where paper magazines are struggling. This is when I needed a new full-time job. Kevin was great and offered me a job straight away. It involved lots of tutorials and shop-days, but his company is based right down in Essex which is four hours drive for me. At the same time I was offered a great job with Avid which is based just over an hour away from where I live. Like lots of anglers, I have a family to support and I had to take the best option for me, which was working with Avid which is a brand that is going from strength to strength all of the time. Kevin totally understood and that’s what is so great about the carp fishing industry. Everyone just gets along.

En fait, j’ai d’abord travaillé pour Nash, au tout début des années 90. Kevin (Nash) reste un très bon ami aujourd’hui, et avec mon pote Rob Hughes nous faisions parti des premiers consultants que Kevin a embauché. Nous avons travaillé pour lui en tant que consultants non rémunérés jusqu’en 1996, date à laquelle nous avons gagné un célèbre enduro en France, la World Carp Cup, le premier événement de ce type, organisé à Fishabil.
Après la compétition, Rod Hutchinson nous a contacté pour que l’on commence à travailler pour lui en étant payés, et il nous a proposé un deal qu’on ne pouvait pas refuser. Kevin a parfaitement compris notre décision, dans le sens où à l’époque son entreprise n’était pas aussi importante que celle de Rod. Nous étions deux gamins surmotivés et plein d’ambitions, et à cette période Rob et moi venions juste de quitter l’université, on cherchait donc à rentrer dans la vie active.
 

J’ai travaillé pour Carp-Talk (un magazine hebdomadaire) depuis le premier numéro en 1994 et j’ai mené mon activité de consultant en parallèle de ce poste, ce qui m’apportait une source de revenus très confortable une fois les deux combinés. Je pouvais aller à la pêche quelques jours par semaine, et bosser pour le magazine le reste du temps. Il n’y a pas de meilleur moyen pour gagner sa vie de faire quelque chose que vous aimez, et à partir de cette période, la pêche de la carpe est devenue mon travail à plein temps.
Malheureusement, la société de Rod a connu une période difficile 6 ans plus tard. Je suis donc retourné chez Nash et y suis resté de nombreuses années, jusqu’au mois de Juin 2018, date à laquelle Carp-Talk a publié son dernier numéro. J’ai adoré chaque minute passée à travailler pour Carp-Talk et c’était triste de voir ce magazine disparaître, mais nous sommes aujourd’hui à l’ère du numérique et les magazines papiers souffrent énormément. C’est à ce moment là que j’ai eu besoin d’un nouveau job à plein temps. Kevin a été génial et m’a directement proposé un poste. Cela consistait principalement à donner des cours de pêche et aussi de participer à des journées de démonstrations lors de portes ouvertes. Malheureusement sa société est basée dans l’Essex, à 4 heures de route de chez moi. Dans le même temps, on m’a proposé une excellente opportunité chez Avid, qui est basé à un peu plus d’une heure de chez moi. Comme de nombreux pécheurs, j’ai une famille à soutenir et je me devais de choisir la meilleure option, qui était de m’engager avec Avid, une marque qui ne cesse de se renforcer. Kevin a totalement compris ma position et c’est ce qui est formidable dans l’industrie de la pêche de la carpe. Tout le monde s’entend bien.

On S’en Fish: Revenons sur ta grande expérience et les nombreuses années passées au bord de l’eau. Quel regard portes-tu sur la manière dont la pêche de la carpe a évolué? Qu’est ce qui a changé par rapport à tes débuts?

Simon: If I’m honest, very little has changed with regards to how we go about catching carp consistently. Of course the gear we use has changed a lot, and the trade is very strong with great ideas coming through all of the time. However, carp fishing is the same. You still need to understand carp, use bait and rigs you are confident in, and put the time in. These are the most important assets of a good angler. Where things get distorted is in the marketing process, and this is where carp fishing has really changed in the years I’ve been involved. There are now all sorts of media platforms promoting products and people in ways that you couldn’t before. This is why carp fishing is growing all of the time, and why so many newcomers are coming into the sport each day.

Si je veux être honnête, peu de choses ont changé en ce qui concerne la façon de faire pour attraper des carpes de manière constante. Bien sur, le matériel que nous utilisons a beaucoup changé, et le marché est prolifique, avec des idées géniales et des innovations qui arrivent tout le temps. Cependant, la pêche de la carpe est la même. Tu as toujours besoin de comprendre les poissons, utiliser les appâts et les montages en lesquels tu as confiance, et y consacrer du temps. Là où les choses se trouvent faussées, c’est avec tout le processus marketing qui existe aujourd’hui. C’est ça qui a réellement changé dans la pêche de la carpe durant toutes ces années que j’ai pu observer. Il existe aujourd’hui toutes sortes de médias et de plateformes qui font la promotion des produits et des pécheurs dans des proportions et des manières de faire impossible auparavant. C’est pourquoi la pêche de la carpe est en croissance constante, avec des nouvelles personnes qui se  lancent dans ce sport chaque jour.

On S’en Fish: Sur les réseaux sociaux, on peut voir que tu es un grand sportif, tu as réalisé notamment plusieurs marathons. Comment arrives-tu à concilier tes 2 passions? Es-tu obligé de mettre la pêche de côté les dernières semaines avant une course par exemple?

Simon: I love running and carp fishing. They can be done together very easily too, if you really want to put the effort in. Anglers spend lots of time not catching, so I like to find out when the best feeding times are on a lake, fish during these times, then reel in when I know bite time isn’t very good, and go for a run. A couple of years ago I went to the Orient and ran 10 miles every day I was there during a ten-day trip, so I clocked up nearly 100 miles! Anyone who knows that lake, knows how hard it can be with the mud. I look back at it and just laugh because it was a great trip where I caught some lovely carp. It’s all about making memories. Plus I know that running helps my fishing, as it keeps me fit, which in turn makes me have the motivation and energy to move swim when I need to. I’m almost fifty-years-old now and I’m running just over 3 hours for a marathon. I’d love to break 3 hours, and I think I can on the right day if I remain positive and keep training hard. It’s like carp fishing in many ways, you’ve got to keep setting goals and working towards achieving them. 

J’adore la course à pied et la pêche. Les deux ne sont pas incompatibles et peuvent être fait en même temps, si tu te donne la peine de le faire. Les pêcheurs passent beaucoup de temps à ne rien attraper, donc j’aime bien trouver les périodes d’alimentation des poissons et pêcher pendant ces heures et remonter mes lignes quand je sais que l’heure n’est plus aux captures, pour aller courir.
Il y a quelques années, je suis allé sur Orient et je courais 10 miles (environ 16 km) par jour. C’était une session de 10 jours donc j’ai couru pas loin de 100 miles au total ! Tous ceux qui connaissent ce lac savent à quel point ça peut être compliqué avec la boue. Quand j’y repense, je me marre parce que c’était vraiment une super session pendant laquelle j’ai capturé de superbes poissons. Tout est une question de se fabriquer des souvenirs.
De plus, je sais que courir m’aide à mieux pêcher, dans le sens où ça me maintient en forme, ce qui me donne la motivation et l’énergie nécessaire quand il faut changer de poste si nécessaire par exemple. J’ai bientôt 50 ans et je cours le marathon en un peu plus de 3h00. J’aimerais beaucoup passer sous la barre des 3h00, et je pense en être capable dans un bon jour, si je reste positif et que je continue à m’entraîner dur. C’est comme la pêche de la carpe à bien des égards. Tu dois toujours te fixer des objectifs et faire en sorte de les atteindre.
 

On S’en Fish: Cette année encore, AvidCarp va sortir de nombreuses nouveautés. Parmi ces nouveaux produits, lequel préfères-tu et pourquoi?

Simon: I’d have to say it’s the Lokdown bankware range. Not only does it look really nice and cool, it is very hardwearing, practical, and it’s very well priced. You can kit yourself out with a full set-up for about £70 which is just brilliant in this day and age.

Je dirais que c’est la gamme de piques et buzzbars Lokdown. Non seulement le look est vraiment sympa, mais ce sont des produits résistants, pratiques et très économiques. Tu peux t’équiper avec un set-up complet pour environ 75 €, ce qui est absolument génial de nos jours

On S’en Fish: Merci beaucoup Simon, et merci d’avoir joué le jeu de l’interview avec nous. As-tu un dernier mot à dire à nos lecteurs?

Simon: You’re very lucky living in a beautiful country like France. Embrace the space, wildlife and special lakes that you have. France is a wonderful place to carp fish.

Vous avez beaucoup de chance de vivre dans un pays aussi magnifique que la France. Profitez de l’espace, de la nature et de tous les lacs si spéciaux qui vous entourent. La France est un endroit merveilleux pour pêcher la carpe.

RENDS-TOI sur notre page Facebook On s’en FISH pour le détail du jeu concours AVID x Simon Crow > PAR ICI POUR JOUER



Commentaires

Plus sur Interview

Facebook

Boutique en ligne de produit et vêtements pour la carpe On s'en FISH
Nouveauté Avid carp
Code promo boutique Carption
Carte des spots de pêche de la Carpe en France

Bouillant sur On s’en FISH

Remonter en haut