On s'en FISH
Gardez contact avec nous

Au bord de l'eau

Charente

Charente, un air de revanche

Le 1er mai est là et je décide de prendre quelques jours pour partir faire 3 nuits avec ma copine. Fidèle à moi-même, je ne sais jamais où aller. Barrage ou rivière, le choix n’est pas simple. A peine 24h avant le départ, je me fixe enfin sur la destination. Ce sera en fleuve, exactement sur La Charente.

Mercredi matin nous chargeons la voiture, nous attelons les zodiacs et feu pour une bonne heure de route. Nous n’avons pas de bief précis donc nous verrons sur place. Arrivé sur l’un des secteurs de nuit on se rend compte que les postes sont tous squattés par les carnassman, ça commence bien… Nous reprenons la route et le bief suivant ne me plait pas d’avantage. Finalement, le 3ème sera le bon, on peut enfin partir à l’aventure.
L’an dernier j’avais déjà fait 3 nuits sur ce fleuve fin juin, avec à la clé un bon gros capot. Je m’étais donc promis de revenir, d’une part pour prendre ma revanche mais surtout pour la beauté des lieux. J’avais hâte de batailler avec une carpe dans ces eaux translucides jonchées de nénuphars et d’herbiers.

Nous commençons donc à remonter le long des bordures à la recherche des poissons mais hormis deux communes de taille moyenne qui se promenaient dans les nénuphars, rien. Après 2km de navigation, nous apercevons enfin 4-5 fishs sous les saules dans une zone d’ilots. A peine le temps de se poser et d’observer les poissons qu’une jolie koï blanche et rouge d’environ 13 kilos sort des obstacles pour y replonger quelques secondes plus tard. Il ne nous en fallait pas plus pour qu’on décide de s’installer sur le poste quelques mètres en amont de la zone. On n’est clairement pas sur un poste 5 étoiles avec un chemin de halage qui longe la rive, mais ça pêche. Niveau pêche je placerai 2 cannes sur la berge d’en face et une 3ème sur ma bordure là où j’ai aperçu les poissons. Sur chaque canne, je monte un combi en Skinlink 35lbs avec un Wide Gape XX taille 4, un montage robuste qui a toute ma confiance. La 1ere canne est eschée avec une simple bille The Krill en 28mm, la seconde avec une bille The Krill en 24mm surmontée d’une tiger et pour la 3ème, 3 tiger équilibrées avec du liège. Je place mes cannes avec 2 pelles de tigers et une trentaine de The Krill en 20 et 24mm par canne.

Tout est enfin en place, et au bout de 20min seulement: premier run! Malheureusement je décroche dans les nénuphars.. C’est le jeu quand on pêche près des obstacles sur des poissons sauvages. Au moins, tout ce temps passé à localiser les poissons m’a permis d’enregistrer une touche rapidement c’est encourageant pour la suite. La canne est reposée, je finis de ranger dans le biwy, je me prépare un café et boum! Second run en moins d’une heure de pêche! Je saute dans le zod, je descends un peu la rivière et j’aperçois une jolie miroir pendue au bout de ma ligne. Elle rentre dans les obstacles, et d’un coup de caudale se décroche: la poisse! Retour sur la berge, je me pose pour vérifier mon montage et me remettre en question pour que la prochaine touche finisse sur le tapis. Une fois l’hameçon réaffuté, j’opte pour changer de grammage et je cale un plomb de 320gr.
Je replace ma canne pour la nuit, la journée fut longue et fatigante, le sommeil m’attrape rapidement. C’est à 4h30 que je me fais réveiller par  mon Delkim. Prise de contact, je monte dans le boat. Celle-ci ne se dirige pas vers les obstacles et préfère partir tout droit plein courant. Je prends de gros rush, c’est un combat lourd et puissant. Au bout de quelques minutes j’arrive enfin a mettre le premier poisson de cette session dans l’épuisette. Quel kiff énorme de voir cette grosse miroir au sec après 2 décroches. Je la mets au sac pour la photo et je retourne finir ma nuit avec le sentiment du travail accompli. Je me réveille avec le sourire bien entendu: un joli lever de soleil sur la rivière et un beau poisson au sac. que demander de plus sérieux? Un petit café et quelques réglages sur le Reflex avant de passer à la séance photo qui s’annonce musclée. Mis à part les promeneurs et les bateaux, rien à signaler pour la deuxième journée qui partait pourtant plutôt bien.
La seconde nuit est une copie conforme de la première: 4h30, départ sur la même canne que la veille, qui se soldera par la capture d’une petite miroir.

Pour la dernière nuit nous décidons de changer de poste, toujours en prospectant les bordure. Arrivés à la fin du bief, quasiment résignés à rebrousser chemin, nous apercevons des poissons circuler entre deux bateaux à quai et des saules surplombant la rivière. Une ouverture sur la berge en face nous permet de nous poser mais ça risque d’être sport car un talus de 2m nous sépare de l’eau. J’utiliserai mon Raptor qui me servira de plateforme en bas du poste. Sur ce poste je ne pêcherai qu’a deux cannes: Une sous les bateaux avec une Krill + une tiger et la seconde avec mes fidèles tiger allégées.
Vers 17h00 tout en place, mais c’est peu avant 20h00 que j’obtiens un gros départ violent! Je descends dans le raptor et je commence le combat qui s’avère être musclé une fois de plus. C’estprès avoir traversé un banc de nénuphars puis longé toute ma bordure que cette belle miroir au gros bide se décide à rentrer dans l’épuisette. Une séance photo rapide avant que la nuit ne tombe et j’irais replacer ma canne pour la nuit, qui malheureusement ne donnera rien. La fin de session est là et il est temps de recharger les zod pour regagner notre point de départ.

Si je devais retenir une chose de cette session, c’est que la prospection et la localisation m’ont été d’une aide précieuse. Bien souvent, il vaut mieux passer du temps à chercher les poissons plutôt que de s’installer sur un secteur désert en espérant que les fishs soient au RDV, et cette petite session de 3 jours me l’a encore prouvé.
Grace à ça, je peux enfin dire que j’ai eu ma revanche sur la Charente.

FLO

Commentaires

Plus sur Au bord de l'eau

Facebook

Boutique en ligne de produit et vêtements pour la carpe On s'en FISH
Nouveauté Avid carp
Code promo boutique Carption
Carte des spots de pêche de la Carpe en France

Bouillant sur On s’en FISH

Remonter en haut